Insolite : Les urinoirs publics du Paris vintage

Faire sa petite commission sur les trottoirs de Paris ? C’est sale, mais c’est surtout 35€ en cas de flagrant délit (et franchement un peu cher pour un simple pipi : imaginez les frais si vous vous faisiez gauler chaque fin de soirée), selon cette affichette de la Mairie de Paris. Mais jusqu’en 1980, les Parisiens pouvaient librement soulager leur vessie dans les vespasiennes, ces urinoirs publics aujourd’hui disparus, et remplacés par les sanisettes automatiques. On fait chauffer sa braguette pour un retour dans le passé via une série photo dédiée aux urinoirs publics de Paris !

Pour la petite histoire, les premiers urinoirs publics de Paris, des « demi-barils » en bois, remontent à 1770 : un vrai progrès pour l’hygiène publique dans un Paris alors bien insalubre. Plus tard, en 1834, le comte Claude-Philibert de Rambuteau fait installer plusieurs centaines de vespasiennes pour les petits besoins des Parisiens.

Charles Marville (1813 – 1879) alors « Photographe de la Ville de Paris » a eu pour tâche délicate – et malodorante – d’immortaliser les vespasiennes et autres lieux de commodités de Paris à la fin du 19ème siècle. Des endroits chargés d’histoire et d’urine qui servaient aussi de points de rencontres pour les prostitués masculins !

Par ici la visite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.